Les Causes et les Conséquences de l'Indépendance de l'Eglise Syrienne-Araméenne Anti-Chalcédonienne (451 -644 )

   Henri Bedros Kifa

080708
   Le mémoire que nous avons présenté pour l'obtention du D.E.A. porte le titre suivant " Recherches sur les débuts de l'Eglise Syrienne Orthodoxe Anti-Chalcédonienne, entre la domination Byzantine et l'occupation Arabe (451 - 650).

 
 Aujourd'hui après tant de recherches sur l'histoire de l'Eglise Syrienne Anti-Chalcédoniennen nous nous trouvons obligés de changer le titre et surtout choisir avec précaution les noms qui désignent cette Eglise. Nous remarquons aujourd'hui que l'on utilise de plus en plus le terme "Eglise Syriaque" (1) et cela pour des raisons politiques :


 - pour ne pas confondre les "Syriens-Araméens" avec le peuple Syrien-Arabe.
 - la peur de la minorité " Syrienne Araméenne" de montrer son sentiment national au Moyen Orient.

 Peut-être peut-on utiliser le terme "Syriaque", pour désigner les chrétiens du Malabar en Inde parce qu'ils utilisent la langue Syriaque et surtout parce qu'ils ne sont pas des Syrien-Araméens".

 Nous avions le choix entre Eglise Syriaque et Eglise Syrienne, nous avons opté pour la deuxième solution et nous avons ajouté l'adjectif Araméen, ainsi il n'y aura aucune confusion entre " Syrien-Arabe" et "Syrien-Araméen\" . Mais un autre problème se pose: Qui sont les Syriens-Araméens?

 Strabon (3) a écrit: " Posidonius nous révèle aussi que ceux que les Grecs appellaient Syriens se donnaient le nom d'Araméens".

On trouve la même idée chez Flavius Joseph (4). D\'Aram...sont venus les Araméens, que les Grecs nomment Syriens".


 Si on cherche dans les écrits des historiens Syriens, on trouve qu'ils ont beaucoup insisté sur leur appartenance à la "Nation Araméenne".

Jacques de Sarouj (5) dit de Saint Ephrem "Celui qui est devenu la couronne de toute (la nation) Araméenne". Dans sa description de l'occupation des Arabes en Syrie, Denis de Tell Mahré (6) a écrit " Dès lors les enfants de Hagar (les Arabes) commencèrent à imposer la servitude Egyptienne aux Araméens". On peut lire ce texte de Michel le Syrien (7): " Avec l'aide de Dieu nous consignons le souvenir des empires qui ont été constitués dans l\'antiquité par notre race des Araméens, c'est à dire des descendants d'Aram, qui furent appelés Syriens".

 Nous avons cité ces quelques exemples pour montrer que le terme "Syrien" a été employé par les Grecs pour désigner " les Araméens" et surtout pour montrer que les historiens Syriens n\'ont pas nié leur appartenance à la nation Araméenne, pour cela nous n\'avons pas hésité à utilisé uniquement le terme "Eglise Syrienne - Araméenne".


 Après le concile de Chalcédoine en 451, les Syriens ont été divisés entre Chalcédoniens et Anti-Chalcédoniens. Il faut remarquer qu'entre 451-518 les Syriens Anti- Chalcédoniens se sont "opposés" au Concile de Chalcédoine, surtout contre la formule  "en deux natures". Cette opposition était basée sur la tradition des enseignements des Saints Pères surtout la formule " de deux natures".


 Plusieurs Historiens ont écrit sur l'orthodoxie des Syriens Anti-Chalcédoniens, Jugie (8) a écrit cette fameuse phrase : Le Monophysisme " fut moins une hérésie qu'un schisme, moins une controverse de doctrine qu'une querelle de mots". Mais bien avant lui, Evagre a souligné le fait "de mal interpréter le changement d'une seule lettre " il a écrit: " par le fait de dire " en deux", soit compris le fait de dire "comosé de deux".


 Les Syriens Anti-Chalcédoniens ont cru que les Chalcédoniens étaient Nestoriens parcequ'ils ont adopté la formule "en deux natures". Par contre les Chalcédoniens ont cru que les Anti-Chalcédoniens étaient Eutychiens. (10)

 Si la foi des Anti-Chalcédoniens est Orthodoxe pourquoi donc ils se sont séparés de l'Eglise?
Voila le problème que nous avons essayé de résoudre: Au début de ce siècle, Woodward (11) a essayé d'expliqué les " hérésies" comme des mouvements nationalistes ; plus tard Vasiliev (12) a affirmé que: "... derrière les conflits religieux de plus en plus aigus, on commence à voir se manifester avec évidence les dissentiments nationaux, particulièrement en Syrie et en Egypte.
Graduellement les populations indigènes d'Egypte et de Syrie conçurent l'idée de se détacher de Byzance et de désirèrent". Plusieurs savants ont vu dans l'anti-Chalcédonisme, un mouvement contre le pouvoir central. Stein (13) a considéré le "monophysisme" comme un "masque" de camouflage pour l'élément populaire et nationaliste. Ce courant a été contesté récemment par Jones (14) qui a refusé tout rapprochement entre "hérésies" et "nationalisme'.

 Les recherches actuelles sur l'Eglise Syrienne Anti-Chalcédonienne au V, VI, et VII ième siècle confirment la thèse de Jones. En 1973, Vööbus (15) a beaucoup exagéré en parlant "d'un très fort esprit auto-conscient pour l'indépendance", chez les Syriens, surtout quand il a affirmé que ce "désir" se trouve dans toute les sources Syriaques. En faite, nous avons eu beau chercher, nous n'avons pas trouvé chez les historiens Syriens des mentions d'un certain désir d'indépendance, ce que nous a amené à lire et relire presque "toutes" les sources Syriaques, à fin de trouver une solution pour le grand problème qu'a posé la séparation de l'Eglise Syrienne. En fin de compte, nous sommes arrivés à mieux connaître les vrais motifs de cette séparation, bien sûr en se basant sur les sources et les documents Syriaques. Nous sommes de plus en plus convaincu que le nationalisme Syrien-Araméen était une conséquence de la séparation de l'Eglise Syrienne et pas une cause.

 Cela étant dit, on n'a plus le droit de confondre "Anti-Chalcédonisme" et "Nationalisme" ou "Indépendance".

 En cherchant une solution à un "faux" problème, nous avons pu résoudre de vrais problèmes qui concernent l'Eglise Syrienne, par exemple le nom, la cause de la séparation , les conséquences, et surtout comment l'Eglise Anti-Chalcédonienne est devenue, par étapes, l'Eglise Syrienne?!


 Notre mérite c'est d'avoir étudié l'histoire ancienne des Syriens-Araméens, ce qui nous a beaucoup aidé à comprendre l'histoire de la Syrie au V ième et VI ième siècle.


                                 Henri Bedros Kifa



                  NOTE


1) L'Eglise qui utilise la langue Syriaque dans sa liturgie.

2) Le Père DALMAIS nous a révélé comment et pourquoi on a commencé l'utilisation du terme "Eglise Syrique". Certains séminaristes Iraquiens de l'Eglise Syrienne Catholique ont préféré dans les années soixante l'utilisation du terme "Syriaque" pour ne pas avoir des problèmes dans leurs pays. Ce terme est surtout employé en Orient, il ne se porte aucune valeur scientifique ou historique. Les savants Syriacisant, comme le Père GUILLAUMONT, ont continué d'utiliser le terme "Eglise Syrienne".

3) STRABON, Géographie I (2) 34

4) FLAVIUS Josèphe, Histoire ancienne des Juifs I (6)

5) MANNA (J.E ) dictionnaire Chaldéan - Arabe p-15

6) CHABOT (S.B), quatrième partie de la chronique Syriaque de Denys De Tell Mahré p-11

7) CHABOT (J.B ), la chronique Syriaque de Michel le Syrien T3, p 442

8) JUGIE , La primauté Romaine d'après les premiers théologiens monophysites dans Echos de l'Orient, T-33 (1934) p- 181

9) EVAGRE, II (5)

10) NAU (F), Dans quelle mesure les Jacobites sont-ils monophysites ? dans,  Revue de l'Orient Chrétien T-10 (1905) P-131.

11) WOODWARD (E.L),Christianity and Nationalism in the Later Roman Empire P-VI 1917
12) VASILIEV (A.A), Histoire de l'Empire Byzantin T-I, P-135

13) STEIN (E), Histoire du Bas Empire Byzantin T-II, P-389

14) JONES (A.H.M), Were ancient heresies national or social movements in disguise :
in Journal of théological studies 1959 P-298.

15) VOOBUS (A), The origin of the Monophysite Church in Syria and Mesopotamie dans , Church History T-42 (1973) P-17

The articles published on this site represent the opinion of their writers and not the opinion of the webmasters.